Skip to content

La cueva agricola de San Lorenzo del Flumen

Janvier 2018. La plaine des Monégros, une route bien droite, entre deux bourgades perdues dans les paysages désolés du désert. Sur la droite, juste derrière les bâtiments d’une ferme, deux blocs rocheux dépassent.

Le plus proche porte la trace d’entailles bien alignées qui ont dû porter des extrémités de poutres. Le lieu est connu, visité comme une curiosité depuis au moins deux siècles, comme en témoignent les grafitis gravés sur la paroi, 1822 !

L’accès n’est pas encouragé, mais la grotte mérite la visite.

Taillée dans la roche sableuse, si l’on en veut pour preuves les encoches régulières laissées par les outils des créateurs de la grotte, la cavité présente deux salles, une « porte » d’entrée à laquelle on n’accède plus que depuis le haut du bloc, et une large fenêtre ouverte sur la plaine, encadrée de deux petites lucarnes plus en hauteur.

Le lieu est bien aménagé, présentant de petites alcoves. Le sol est sablonneux et l’air bien sec. Au plafond, des urnes d’argiles attestent de la présence de guèpes maçonnes. Peu d’autres traces d’animaux.

La vue est magnifique, l’espace impressionnant laisse deviner des usages prolongés de cet abri.

C’est l’une des grottes les plus élaborées de cette famille de cavités artificielles dont on ignore largement les origines comme les fonctions.