Skip to content

Piracés, le château suspendu.

C’est le 13 avril 2016 que j’ai découvert Piracés. Ce jour-là est née une passion, une soif d’en voir et d’en savoir plus, d’explorer chaque recoin de la vallée qui s’étendait sous mon regard. Ce qui suit, il a fallu bien des visites, bien des recherches, pour en rassembler les éléments épars.

Piracés est un petit village du Haut-Aragon, près de Huesca. Il domine le désert des Monégros, du haut d’une falaise sculptée par les vents et le temps.

On y accède par le bas en suivant un canal d’irrigation aux eaux bleues, et on découvre, dominant le village et ses vieux murs de terre crue, un bloc de pierre énorme posé sur la crète. C’est le navire, la pierre du midi, le chateau fort des Maures … Composé de grès, il se dresse majestueux et attirant, et on peut en faire l’ascension grâce à quelques marches inégales taillées à même le roc. À son sommet (à 25 mètres du sol et sur une longueur de plus de 80 mètres), huit salles actuellement sans plafond ont été creusées il y a au moins dix siècles.

Bienvenue à l’Hisn de Baytara Silg !

Forteresse maure située aux confins du royaume d’Al-Andalus (711-1492), elle est probablement même plus ancienne si l’on tient compte de la toponymie (Piracés vient du latin petra silice = pierre à silex, traduit en arabe par baytara silg ou Baytara salag) qui suggère que sa fondation ait été antérieure à la conquête musulmane, ainsi que des vestiges archéologiques (céramiques datant pour les plus anciennes du Chalcolithique à l’époque romaine).

Selon les auteurs arabes tels que al-Razi, al-Udri ou Yaqut, Piracés était l’une des huit forteresses dépendantes de Huesca. Très peuplée et dotée d’une grande mosquée, elle servait à contrôler cette zone frontalière de la chrétienté plus au Nord.  Lors de dissensions internes entre gouverneurs et seigneurs ou rois locaux, elle fut assiégée sans succès, notamment avec l’aide de mangonneaux.

Selon les auteurs en latin (à partir du XIème siècle), la mosquée du village fut cédée en 1093 par le roi d’Aragon à l’abbaye-chateau de Montearragon. La forteresse elle-même fut assiégée et conquise par les troupes du roi Pierre Ier d’Aragon en 1103 (entre mai et octobre ou décembre). Il offrit ensuite partie de Piracés à un certain Garcia Dat qui la céda en 1115 au monastère de Saint-Pierre le Vieux de Huesca, et le roi suivant, Alphonse Ier d’Aragon, fit également une donation de partie du village ou du territoire à un prénommé Songer Ramon en 1107.

On trouve encore à Piracés de nombreux vestiges architecturaux, d’abord les murs d’enceinte sur les trois collines (plus de six cent mètres d’une extrémité à l’autre) qui constituaient la forteresse, mais également les restes d’une tour et d’une citerne, de nombreuses traces d’habitations et des trous de poutres dans les parois. Le plan lui-même du village doit dater de cette époque médiévale.

De nombreux vestiges céramiques ont été mis à jour en 1986 lors d’une fouille archéologique prospective. Ce sont des plats creux, petits vases, jarres à fond plat, lampes ouvertes, couvercles, vernis ou non, bichromes ou polychromes en vert et blanc. Ils ont permis de dater le début de l’aménagement du site militaire et agricole entre 889 et 955.

De nombreuses questions persistent sur l’histoire de Piracés, où se trouve également l’un des dreniers vestiges bien conservés de la voie romaine reliant Huesca à Lerida, justement visible depuis la forteresse !

ref : Esco Carlos, Sénac Philippe. Un Hisn de la marche supérieure d’Al-Andalus: Piracés (Huesca). In: Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 23, 1987. pp. 125-150. http://www.persee.fr/doc/casa_0076-230x_1987_num_23_1_2487