Skip to content

La flûte enchantée au pays des turcs

Posted in Culture, Istanbul, Turquie, and Voyages

Last updated on 15 avril 2019

La Flûte Enchantée ayant été contée des l’enfance, quand le célèbre opéra de Mozart est programmé à Istanbul, il serait inconcevable de s’abstenir d’y aller.

Posons le contexte. La Flûte Enchantée. Mozart. Tout est dit. Ou bien non ?

Des décors sobres et fonctionnels, ménageant quelques surprises réjouissantes. Les montagnes sont des triangles blancs, dans lesquels s’ouvrent des portes. Porte de temple, porte sur la nuit, entrée de caverne …

La nuit est noire, le jour est lumière : certes, c’est évident, mais ré-exploiter l’évidence pour en faire un éclairage renforçant le spectacle, cela tient du génie.

Les costumes imaginés par Serdar Başbuğ sont beaux, exotiques, colorés, chatoyants, aux coupes et aux formes que l’on jurerait sorties d’un atelier de la meilleure haute-couture.

Les chorégraphies, parfois fort accentuées, atteignent parfois le grand art, au service de la voix.

Justement les voix. Une Reine de la Nuit parfaite, d’une pureté irréprochable. Un grand prêtre au timbre si grave et chaud qu’on voudrait agrandir le rôle pour le conserver sur scène plus longtemps. Seul bémol, la défaillance dans les notes les plus graves du par ailleurs très bon Sarastro. Erreur de répartition des rôles ? C’est dommage mais pas fatal.

La mise en scène pourrait sembler irrévérencieuse. Certainement, elle évite les clichés convenus, on pourrait par exemple regretter les plumes de l’oiseleur Papageno. Pour autant, il est possible qu’elle n’en respecte ainsi que mieux l’esprit de l’opéra, sa gaieté facétieuse, son enchaînement incessant de scènes bannissant tout ennui. Parfois on entre même de plein pied dans l’incongru (un serpent de la taille d’un dragon, une bicyclette dans les airs) ou le comique (ah les oisillons battant déjà des ailes dans le nid!).

Une réussite, une merveille. S’il est possible de redécouvrir la Flûte Enchantée, c’est à l’Opéra d’Istanbul, cette saison.

25 janvier 2007

Be First to Comment

Laisser un commentaire