Skip to content

Les Highlands

Posted in archéologie, Ecosse, montagnes, randonnée, Royaume-Uni, and Voyages

Last updated on 31 octobre 2023

Des montagnes, des montagnes, et encore des montagnes. Ou presque. N’oublions pas les lacs, rivières ou ruisseaux, les forêts, les vallées couvertes de prairies, des nuages blancs ou noirs, les rayons de soleil.
Les Highlands, c’est juste ça, de la nature.  En d’autres termes, que du bonheur.

Comme dans un rêve éveillé, etrange et merveilleux

Le premier choc est survenu environ 5 secondes après le panneau souhaitant la bienvenue dans les Highlands. Il pleuvait copieusement par intermittence, la route chargée de ses cortèges de voitures serpentait, et tout d’un coup, une vallée d’altitude s’est ouverte largement.

Des montagnes rondes dans toutes les directions, un jeu de perspective fascinant où l’humain semble fourmi. Partout, des marais parsemés de gros blocs rocheux roulés par les glaciers d’antan, dont montent une brume laissant à peine deviner quelques bosquets.

On soupçonne, dans une semi-pénombre, l’impossibilité de s’aventurer à travers ce marécage aux tons de gris sans s’y perdre ou s’y noyer. Ce lieu qu’on devine perdu est forcément celui qui a inspiré les légendes d’armées entières avalées par des eaux sombres, de monstres embusqués sous la surface, de voyageurs errant jusqu’à la folie. Ici, la lumière n’existe plus, les couleurs ont disparu, la vie semble impossible. Étrangement, c’est merveilleux au lieu d’être repoussant. Je suis entrée dans un rêve, voilà tout.

Des vallées d’un autre temps

Tout ce que j’ai vu des Highlands, c’est-à-dire très peu, tellement l’espace domine, tellement chaque vallée est son propre univers, est à l’aune de cette première vision. C’est encore plus beau que tout ce que j’ai pu voir jusqu’ici, dans le genre montagnes désertiques du nord survivantes de l’age glaciaire.
Pénétrer dans les Highlands, c’est comme plonger dans un vieux livre, totalement magique.

Plutôt que de risquer avec délices ma vie ou mon esprit (j’exagère peut-être un petit peu) dans les marécages du centre du monde, le cha(t)mion s’engage dans la vallée nommée Glen Etive, une merveille de points de vue, de cascades vertigineuses.
Passage obligé ensuite par Fort WIlliam, puis après quelques mésaventures hors de propos, entrée dans le parc national de Cairngorms, et tout particulièrement la région de Badenoch qui nous a retenus plus de 3 jours, de cercles de pierres néolithiques en bucoliques promenades dans des paysages de romans.

Comme un enfant dans une pâtisserie

Décider d’un programme en Écosse, c’est un peu le dilemme d’un enfant dans une pâtisserie, qui ne peut choisir qu’un seul gâteau : inhumain, tellement le choix semble infini et toutes les options également délicieuses. Finalement, la suite du périple est tout de même arrêtée : ce sera donc la fameuse NC500, ou North Coast 516 miles route depuis Inverness, avec probablement une escapade vers les îles Orkney puis celle de Skye. Voire plus si affinités …

En attendant, explorons une nouvelle vallée, peut-être Glen Findhorn, ou peut-être que ce nom n’existe pas, mais comme souvent le réseau mobile est ici inaccessible. Évidemment, cela ne me dérange pas trop. Chaque journée est faite d’explorations, de découvertes, d’émerveillement, à en perdre la notion du temps, à presque sortir de la civilisation, à se concentrer sur l’essentiel : regarder et marcher.

Les Highlands, finalement c’est ce qui reste quand tout le superflu s’efface. La beauté et la vie.

Pour suivre ce voyage sur la carte, cliquez sur voyage été 2023 : troisième et quatrième tronçons, a partir de Gualachulain.

© Gwen Caillet 2023 – Tous droits réservés.

2 Comments

  1. CARO
    CARO

    MAGNIFIQUE GWEN

    7 août 2023
    |Reply

Laisser un commentaire