Skip to content

Catégorie : Animaux

En Juillet, ça chamionne : un chat en fourgon au coeur des Pyrénées

Posted in Animaux, Espagne, Flore et nature, fourgon aménagé, montagnes, Pyrénées, randonnée, and Voyages

Chercher la fraîcheur Juillet en Espagne, il fait chaud et c’est peu de le dire ! On a dépassé les quarante, la vie ralentit.Alors, quand l’opportunité se présente enfin de s’échapper de la fournaise vers la fraîcheur de la montagne, on charge le chat dans le fourgon, on fait quelques…

Juin en cha(t)mion

Posted in Animaux, fourgon aménagé, and Voyages

Un investissement à « rentabiliser » ! Un fourgon aménagé, c’est un « investissement » en temps et en argent. Avant même de me lancer dans cette aventure, j’avais bien conscience que, pour qu’elle soit réussie, il faudrait profiter largement de cette maison sur roulette. En profiter largement? Afin que cela soit raisonnable, disons…

Bretagne alternative

Posted in Animaux, Bretagne, and France

Ailleurs, d’autres luttent simplement pour respirer. En Bretagne, c’est la nature toute entière qui respire, au gré des marées, des coups de vent et des averses violentes.
En attendant, s’il faut rester calfeutré pour que d’autres puissent respirer, les poulpes peuvent bien voler librement et les canidés cultiver leur potager en paix.

Randonnée la Peña Ruaba en Sierra de Guara, Aragon

Posted in Animaux, Aragon, Espagne, montagnes, Pyrénées, and randonnée

Les montagnes lointaines barrent l’horizon de part en part. Les villages abandonnés ne sont plus que de minuscules assemblages de ruines qui disparaissent très sûrement. Le chemin se confond avec le lit d’un torrent désséché, et monte toujours, avant de bifurquer jusque sous la crête. Le vent fait son apparition, raffraichissant et avide d’arracher tout ce qui pourrait l’être sur son passage.

Voyage en anticipation climatique : un futur improbable?

Posted in Animaux, Aragon, Flore et nature, and livres

Je descends dans le canyon en suivant le petit sentier caillouteux. Il est envahi par les herbes folles. On dirait que nul pas n’est venu s’y poser depuis des semaines, voire des mois. Déjà, les chemins commencent à s’estomper, c’est davantage un souvenir qui me guide qu’un repère visuel.